mardi 5 mars 2013

La Nouvelle Auberge, mise en bouche




Posée au bord de ce long axe très emprunté qui relie la ville à la nature, la plaine à la montagne, en passant par les vignes, il ne faut pas rater cette halte gourmande, cette Nouvelle Auberge où l’on a toujours eu grand plaisir à s’abriter et plus encore à s’attabler.



On entre ici comme dans une maison familiale, on emprunte le couloir qui nous mène vers cette élégante salle à manger, toute de bois vêtue, et on s’installe.
C’est étonnant alors, et très plaisant, de constater à quel point on se sent vite comme chez soi chez le Chef Bernard Leray.








En plus du Bistrot au rez-de-chaussée qui régale les alentours en toute simplicité, cet authentique passionné de cuisine propose à l’étage, une table gastronomique et des assiettes qu’il souhaite parfaites, sur les traces de son regretté mentor et ami, M. Bernard Loiseau.

Et il y arrive, tant il aime ses recettes refaites mille fois et sans cesse améliorées ; en quête de détails et à la recherche de l’excellence, il s’applique avec enthousiasme et abnégation dans son terroir, comme son épouse Martine dans l’art de recevoir et de vous conseiller dans les accords mets et vins.






Nous les suivrons sans objection aucune, dans ce menu de « Formule Jeunes® » qui nous fait si souvent craquer. Il nous sera alors proposée une coupe de champagne Taittinger et ce premier service d’amuse-bouche marqué par la vallée, avec ce mini kougelhopf au goût légèrement grillé et cette tartine gourmande de jambon de sanglier séché et parsemé de copeaux de raifort. 
Mais là où l’on s’installe définitivement dans le paysage et l’esprit de la maison, c’est en plongeant sa fine cuillère dans cette espuma munster/pomme de terre, poudrée de carvi, une touche de goût et de terroir à l’équilibre admirable.

Ainsi lancé sur la voie, il nous tarde de voir et de goûter à la suite, vous aussi ?
Alors rendez-vous ici, demain, pour apprécier ensemble ce menu…     

Aucun commentaire:

Publier un commentaire