jeudi 16 mai 2013

Le Parc****, à La Table, compte rendu épicurien

Tous ces jolis moments vécus sur le bord de la route des vins d’Alsace, au centre d’Obernai et dans l’hôtel du Parc****, nous ont mis en appétit *, et cela tombe bien, La Table gastronomique nous attend, et elle est aussi signée Wucher.

Quand on s’apprête à se faire plaisir au restaurant, rien de tel que de séjourner sur place, dans les meilleures conditions possibles, et c’est bien ce qui est proposé aux clients de cet hôtel & spa de haute qualité, alors passons à table.



Nous arrivons alors sous les boiseries claires et sur l’épaisse moquette framboise de la grande salle, toujours sous le regard bienveillant et attentif de Jean-Noël Graff, un autre des piliers de la maison. On y entre surtout pour profiter d’une cuisine résolument de saison et de ce menu-dégustation de printemps.  


Entrée

Le repas débute justement par une évidence de saison en Alsace : les asperges. Pour commencer ça sera les vertes, qui sont ici traitées de manière originale, car elles nourrissent et donnent de la couleur à une terrine de foie gras. En plus de l’égayer, elles l’équilibrent et apportent un côté printanier avec une très légère amertume.
Le foie gras - une spécialité de la maison - est d’oie, pour sa finesse et la tradition strasbourgeoise ; car est-il besoin de rappeler que la terrine de foie gras a été inventée en Alsace, par le Maréchal de Contades, il y a tout juste 250 ans ?

Ce foie gras s’accompagne de pain grillé, d’une gelée au gewurztraminer et de quelques asperges vertes mandolinées et très légèrement vinaigrées et fait une parfaite entrée en matière.


Terrine de foie gras et asperges vertes, gelée au gewurztraminer, pain grillé




Vins

Tout au long du repas, le maître d’hôtel, à notre demande, nous a sélectionné des vins au verre et, pour escorter ce foie gras, on reste dans la région avec néanmoins une belle découverte et un de ses vins les plus atypiques : où quand la simplicité et la fraîcheur du sylvaner rencontrent la belle sur-maturité de certaines vendanges tardives.
Ce « S’ de Suz » 2011 de Lindenlaub à Dorlisheim nous donne un vin caressant, très fruité, avec une entrée en bouche assez douce, mais un final plus acidulé. On navigue sur des notes exotiques au nez et de fruits blancs et sucrés en bouche, ce qui plait à cette entrée et a le grand mérite de ne pas surcharger les papilles pour la suite du repas.




Pour accompagner le poisson, on va vers un vin de la côte chalonnaise, un bourgogne blanc 2011 du Domaine de l’Evêché. Ce vin est simple d’abord, il reste un peu tendre au début, mais avec une vraie vivacité en milieu de bouche et une suite bien décidée. Il faudra cela pour convenir au plat qui suit.  


Poisson

Car ce poisson noble qu’est le Saint Pierre se mêle ici au chorizo et aux pimientos, dans une fusion terre-mer tout à fait d’actualité. Le filet est grillé à la plancha et accompagné d’asperges blanches de M.Halter à Brechlingen, elles permettront de calmer la « chaleur » de ce plat.
Ce qui est intéressant ici, c’est que ces dés de chorizo grillés apportent de l’animalité à ce poisson à la chair ferme, et que la sauce au poivron complète le côté piquant pour un ensemble qui appelle le soleil.



Saint Pierre à la plancha, asperges blanches, sauce pimientos et chorizo



Crustacé

Ensuite, on retombe en plein dans le printemps, avec le grand habitué des belles tables et des repas de fête : le homard. Sa cuisson est très bien maîtrisée et il est présenté, décortiqué, dans une cassolette croustillante.
Il est surtout posé sur un fond de purée de petit pois et dans un jus superbe à l’ail des ours, un ail sauvage (en feuille) qui a toute les qualités de son cousin d’élevage, sans ses défauts…ainsi, même poussée en goût, cette sauce évite les désagréments et apporte une signature alliacée des plus agréables et totalement de saison.

Cassolette de homard, purée de petits pois, jus à l'ail des ours

Vins

Pour se marier avec ce plat gastronomique et notre belle promenade du jour dans les rues et dans les vignes d’Heiligenstein (à 5 min. en voiture), nous choisissons un digne Klevener, du Domaine Dock, en millésime 2001 et Cuvée Prestige. Celle-ci rassemble des raisins très légèrement sur-mûris et développe en ce jour, la douceur au début, puis des notes de fruits blancs avec une légère richesse et un final plus frais et acidulé, sur les fleurs de printemps. Ce vin apporte la richesse et la finesse en même temps, et fait un bel accord avec nos souvenirs de balades oenotouristiques.




Pour accompagner la viande, Estelle, notre serveuse attitrée, très agréable et efficace, nous sert un verre de Château Maurine 2007, un vin rouge de Bordeaux qui va bien avec le veau et les morilles ;  on sent le fruit rouge et la réglisse, ainsi que la volonté d’élever ce vin au maximum, même dans ce millésime plus simple pour la région. 


Viande

Cette assiette respire la gourmandise, avec, en son centre, le mignon de veau bien épais et bien grillé, qui repose sur un socle de pomme de terre fondante, et qui est surtout entouré d’une sauce à la crème et de quelques morilles entières et de très belle taille.
La sauce reste délicate et bien infusée par les champignons, plus discrets en bouche, mais qui apportent le plaisir attendu. La viande, bien grillée autour et bien saignante au cœur, fait merveille avec ces petites carottes confites et la sauce.




Mignon de veau aux morilles, pomme fondante, carottes printanières


Dessert

Pour terminer ce menu dégustation et cette juste vision de printemps du chef Jacky Schweighoeffer, on nous propose un millefeuille malin de fraises et rhubarbes, et autant vous dire qu’on en dispose allégrement…

Ce millefeuille est bien plus léger que d’autres, car la crème ne se trouve qu’entre les deux couches de feuilletage supérieur, avec des fraises au naturel et un confit de rhubarbe qui sait garder une pointe d’acidité. On est vraiment ravi de trouver les premières vraies bonnes fraises de l’année, une glace artisanale qui a le bon goût du vrai également et ce dessert goûteux et apaisant en même temps.

Millefeuille rhubarbes et fraises, sorbet à la fraise

On termine ce repas, les yeux dans les yeux, au Waydelichs’bar de l’hôtel, à se demander quel autre coin de cette superbe région nous allons bien pouvoir découvrir demain, après une belle et douce nuit étoilée dans notre chambre de charme * qui a vraiment tout pour vous faire rêver. 


* Retrouvez la mise en bouche ICI et le compte rendu épicurien de notre moment passé à l'hôtel en lien direct ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire